A propos du Covid-19. Plaidoyer pour le multilatéralisme

S’il y a une chose que le Covid-19 risque bien de démontrer, et il le fait déjà, c’est l’intérêt pour les États, dans le monde d’aujourd’hui, de s’engager fermement et plus qu’ils ne l’ont jamais fait, dans la voie de la coopération, du partage, du multilatéralisme. Ce monde s’est globalisé bien plus vite que notre esprit de coopération et de solidarité. Nous avons pris un sérieux retard sur la question. Et ce constat que nous pouvons faire à l’échelle planétaire, il se révèle encore plus flagrant à l’échelle de l’Union européenne.

Tous ceux qui pensent que nous n’avons pas besoin d’institutions internationales, d’organisations intergouvernementales, de structures efficientes de coopération, qu’ils se détrompent. Louis Pasteur appelait les virus les « petits-grands-méchants ». Et bien ce petit-grand-méchant qu’est le covid-19 est en passe d’administrer tragiquement une leçon à une société internationale où les États sont partis pour faire du chacun-pour-soi : c’est comme cela que nous allons amplifier les désastres aussi bien sur le plan sanitaire que sur le plan économique et qui sait, peut-être même sur le plan politique.

Pavillon de l’OMS

Tout se passe en fait comme si les gouvernements s’ingéniaient à créer l’angoisse et peut-être la xénophobie, en recourant entre eux aux formes les plus diverses de bannissement. Comme au Moyen Âge où l’on expulsait en périphérie, hors des murs des villes, toutes sortes de bannis, de malades, de mal-fichus. C’est d’ailleurs de là que vient ce triste mot, pour le coup bien français, de banlieue (le lieu du ban). Fermer les frontières d’un pays dans l’espoir de barrer la route à l’épidémie comme l’a fait la Croatie envers l’Italie, n’est pas de non aloi. De la part de l’Allemagne, demander aux travailleurs français dont l’emploi est outre-Rhin de ne plus venir dans leur entreprise est aberrant. De la part de Donald Trump, décider avec cynisme et brutalité d’interdire l’accès aux États-Unis des citoyens de l’Union européenne hormis les Britanniques – sans doute dotés d’un système immunitaire hors norme – est en train d’aggraver la crise économique, de faire chuter de nouveau les bourses et de porter un très grave préjudice à nos compagnies aériennes déjà très impactées. Comme si les États-Unis n’allaient pas être eux-mêmes impactés comme en boomerang par ce genre de décision. Paradoxalement, c’est la Chine, source de la pandémie qui, après avoir tenté d’en dissimuler l’origine et avoir ainsi créé les conditions de sa propagation, s’est montrée après coup la plus ouverte en partageant chaque jour avec le monde entier les analyses scientifiques de ses chercheurs sur le virus, sa viralité, sa létalité, son évolution.

Quant à l’Union européenne, si elle n’a pris jusqu’à présent que des mesures de solidarité interne bien timides, il convient toutefois de lui reconnaître que le domaine de la santé publique ne fait pas partie de ses compétences mais relève de celle des États membres. Mais c’est alors à ces derniers d’être volontaristes en la matière, ce qu’ils n’ont guère été. Ont-ils aidé l’Italie, frappée de plein fouet la première ? Non ! Il a fallu que ce soit la France qui, en organisant une réunion européenne en visio-conférence, tente de créer le mouvement.

Il est encore bien trop tôt pour dire ce qu’il ressortira de cette crise aux multiples facettes, mais d’ores et déjà une chose est sûre : globalisés et dérégulés, cela ne marchera pas. Globalisés et égoïstes, sans réelle solidarité, cela ne marchera pas. Sans oublier que la problématique est la même face au changement climatique qui a cessé d’être une menace : il est là. Que de raisons de changer d’état d’esprit, de sortir de nos mesquineries. Au fond, quand on y pense, ce n’est rien d’autre que l’avenir de l’humanité.

Jouons la carte du multilatéralisme.

Je renvois également au très bel article de Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation pour l’Europe, président de l’ILERI: « Vaincre le virus. Pour la coopération internationale et la solidarité » de ce jour.

 

Les commentaires sont fermés