Cadeaux pontificaux à… message

Cela n’étonnera personne de savoir que les présents offerts par le pape à ses illustres visiteurs reçus en audience ne sont jamais faits au hasard et ont toujours une signification à la fois spirituelle et personnelle, disons… appuyée.

Donald Trump en visite au Saint-Siège ce mercredi 24 mai 2017 en aura fait l’expérience. Il s’est vu offrir par le pape François le texte de l’encyclique Laudato Si qui traite de l’écologie… et une statuette symbolisant un rameau d’olivier lui-même symbole de paix. Le pape, en commentant la signification symbolique de ce présent, a déclaré au Président qu’il faisait le vœu qu’il soit un homme de paix. Il mit un accent supplémentaire à ce message en offrant à son visiteur une édition spéciale dédicacée de son « message pour la paix » publié le 1er janvier 2017 : « je vous le donne pour que vous soyez un instrument de paix » déclara-t-il.

De même, le mot « instrument » à l’intention de son illustre visiteur pourrait surpendre. Mais dans la langue pontificale, il entend signifier au président des Etats-Unis que, aussi puissant soit-il, il ne doit pas oublier qu’il est à ce poste pour servir, son pays certes, mais aussi l’humanité.

Vatican, Garde suisse, Photopin

Le souverain pontife a reçu pour sa part les oeuvres du pasteur Martin Luther King.

Dans un récent passé, en avril 2009, le pape Benoit XVI offrit au prince Charles d’Angleterre, qui lui faisait une visite au Saint  Siège un fac-similé la lettre envoyée par la Cour d’Angleterre à Rome en 1530 afin d’obtenir l’annulation du mariage du roi Henry VIII (1509-1547) avec Catherine d’Aragon qui ne pouvait lui donner de fils. Le roi, de plus, était amoureux d’Anne Boleyn. Le refus définitif de Rome avait alors provoqué la rupture entre le Saint-Siège, le roi (il finit par épouser Anne en 1533 mais fut excommunié) et l’église anglicane qui décida de s’émanciper et dont le chef fut désormais le roi en personne.

Une façon de dire au titulaire potentiel du trône d’Angleterre le prix qu’attache le Saint-Siège au mariage, tout en manifestant un certain humour. Le prince Charles avait divorcé en août 1996 de la princesse Diana, avec qui il avait rencontré le pape Jean-Paul II en 1986, avant de se remarier en avril 2005 avec Camilla Parker-Bowles.

 

 

Les commentaires sont fermés