Dictionnaire de la diplomatie

Le Dictionnaire de la diplomatie

La 4e édition – juillet 2020 – du Dictionnaire de la diplomatie, actualisée et enrichie (480 items, 748 pages), broché, est en vente sur la boutique numérique intégrée au site https://www.levad-editions.com. au prix de 45 euros. Il y est aussi proposé au format e-book (16 euros). Il est également en vente à la librairie LGDJ, 20 rue Soufflot, 75005 Paris.

Au-delà des nombreuses rubriques nouvelles introduites et des actualisations réalisées sur celles qui ont été conservées, une même démarche de conception générale a prévalu, tendant a privilégier les développements pratiques mais sans omettre les analyses théoriques quand elles étaient nécessaires à la bonne compréhension d’une notion. L’ouvrage est ainsi illustré de plusieurs centaines d’exemples tirés de la vie et de l’activité des institution diplomatiques.

Dans les grandes fonctions qui sont les leurs – représenter, informer, négocier, protéger – le personnel et les institutions diplomatiques n’ont cessé de s’adapter à l’évolution du monde. Outil de mise en œuvre de la politique étrangère de l’État, la diplomatie repose sur un système universel d’échanges mis en place au fil des siècles. Il n’a cependant cessé de s’adapter pour répondre aux exigences relationnelles de chaque époque, comme par exemple le quadruplement du nombre d’États depuis 1945 et l’évolution marquante des techniques de communication.

L’objectif du Dictionnaire de la diplomatie est d’être utile aussi bien aux praticiens qu’à tous ceux qui – enseignants, étudiants, journalistes, grand public – à un moment donné, ont besoin ou simplement le désir d’approfondir leurs connaissances et de se renseigner sur ces institutions dont le rôle, loin de faiblir, est demeuré essentiel dans le monde tourmenté d’aujourd’hui. Le Dictionnaire traite ainsi des agents, des institutions, du métier, du droit, des usages diplomatiques dont il analyse et évalue les évolutions les plus récentes. Il sollicite pour cela une pluralité de disciplines : littérature, linguistique, histoire, droit, science administrative.

Une trentaine de rubriques biographiques s’y sont ajoutées, principalement orientées sur des personnages, hommes et femmes, dont les noms et l’action, en dehors des cercles de spécialistes, sont un peu oubliés, à l’exception de quelques-uns.

 

 

 

Les commentaires sont fermés