For Your Eyes Only

Voilà deux mois que, confiné à Paris, ma chère ville, je scrute avec attention la moindre lueur d’espoir d’un monde meilleur, sans en attendre le meilleur des mondes.

Or quand j’essaie de mettre un petit peu d’ordre dans mes pensées, d’y faire de la place pour toutes les informations qui me parviennent pour en tirer une perspective, percevoir un horizon, tenter de comprendre ce qui m’attend dans un avenir plus ou moins proche, je me vois alors lutter contre un autre virus lui aussi très sournois : le Négatif-20.

Car, voyons un peu, chers journalistes – au passage un grand merci – ce que vous êtes en train de m’expliquer :

Que ce coronavirus qui s’attaquent en priorité aux populations vieillissantes et obèses, donc à l’Occident, à commencer par les États-Unis, pourrait être sorti malencontreusement d’un laboratoire chinois ;

Qu’il a un peu le même effet qu’une arme biologique ;

Qu’il est vicieux comme pas un et qu’il va nous tourner autour encore un bon bout de temps ; que l’on pourrait même devoir retourner en confinement ; alors-là, n’y pensez même pas, vous perdez la tête !

Qu’un idéologue marxiste d’un autre temps s’est emparé de la Chine, y a réintroduit partout les sbires du PCC (entreprises, écoles, universités) et mène à l’extérieur une propagande active en faveur de la supériorité des régimes autoritaires sur les démocraties ;

Que le grand leader de la Corée du Nord, se sentant oublié, se rappelle à notre bon souvenir en lançant des missiles au-dessus de l’océan ;

Qu’au Brésil, le maire de Manaus, confronté au déni des autorités fédérales et ne sachant plus où enterrer les morts, déclare que son pays est « à la limite de la barbarie » (Le Monde du samedi 25 avril) ;

Qu’à Washington, le président assiste médusé à l’arrêt partiel de l’économie du pays, au décompte des millions de chômeurs et des dizaines de milliers de morts provoqués par un covid-19 dont il a longtemps nié la nocivité ; et qu’en plus, il se substitue désormais aux hommes et femmes de l’art pour proposer des solutions médicales pour le moins originales ;

Que la dette mondiale, frappée d’obésité, est hors de contrôle.

Que si, bientôt, trop d’entreprises font faillite, les fonds qui en étaient actionnaires dont beaucoup de fonds de pension gestionnaires de retraites par capitalisation pourraient faire faillite également ;

Qu’au sein de l’Union européenne, la fracture nord-sud est béante, qu’une nouvelle crise de l’euro se profile, que 114 milliards viennent de fuir l’Italie des prétendues cigales pour trouver refuge dans l’Allemagne des prétendues fourmis qui n’en a pas besoin ;

Que par-dessus tout cela, l’effondrement des prix du pétrole, ressource géostratégique s’il en est, risque de provoquer l’étranglement voire la faillite de pays auxquels il procure l’essentiel des ressources budgétaires ; que la Russie par exemple ne pourra pas y résister au-delà du mois d’octobre prochain ; que l’industrie pétrolière des États-Unis, qui s’était hissée au cours des dernières années au premier rang mondial, s’effondre également ;

Que par-dessus tout cela encore, le dérèglement climatique est plus que jamais une réalité qui n’a toujours pas été sérieusement prise en compte par les États et qu’à la crise sanitaire provoquée par le covid-19 va bientôt s’ajouter dans l’hémisphère nord, le temps des canicules ;

Que la biodiversité continue de s’effondre et que le déconfinement global risque d’aggraver cette tendance mortifère.

Qu’avant de penser à un nouveau monde, de nouveaux modes de productions, il vaudrait mieux revenir d’abord à ceux d’avant afin de relancer les économies ;

Et malgré tout ça, je suis sûr d’en oublier…

Bon ! Eh bien si c’est vraiment le monde d’aujourd’hui et la promesse de demain, ce qu’il me reste de raison m’appelle à rechercher sans tarder ce qu’il y a de solide et qui, encore, m’entoure. Alors, le 11 mai prochain, je proclamerai la puissante beauté de ce pays, de sa terre, de ces ciels, de ses mers… et de vos visages, ne verrais-je que vos yeux, dans lesquels je lirai une étreinte.

 

Les commentaires sont fermés