La malle libératrice

Ce n’est pas d’aujourd’hui que l’on utilise une malle pour s’échapper d’un univers carcéral ou d’une résidence surveillée. Sans recourir au pari risqué mais romancé du comte de Monte-Cristo (Alexandre Dumas, 1844) qui prend la place de son codétenu décédé, dans le linceul, et se laisse jeter à la mer du haut des murailles du château d’If, un détenu célèbre a recouru au subterfuge de la malle avant Carlos Ghosn : Hugo Grotius.

On connaît généralement le grand juriste hollandais Huig de Groot, dit Hugo Grotius (1583-1645), pour son apport au droit international avec son De jure belli ac pacis (1625) écrit en France, à Senlis, et son célèbre mémoire sur la liberté des mers, le Mare liberum, publié en 1609 pour soutenir les intérêts de la Compagnie hollandaise des Indes Orientales[1] dans l’océan Indien alors dominé par le Portugal.

On oublie généralement qu’il a été théologien – ce qui justement lui a valu quelques soucis – et un ambassadeur aux compétences reconnues. En diplomatie, il fit ses premières armes comme commis d’un émissaire des Provinces Unies à Paris, avant d’exercer lui-même  les fonctions d’ambassadeur de Suède auprès de Louis XIII et du cardinal de Richelieu durant près de dix ans, de 1635 à 1644. Toujours pour le compte de la Suède, il fut l’un des négociateurs des traités de Westphalie de 1648 qui mirent un terme à la guerre de Trente Ans.

Grotius était un amoureux de la France qu’il qualifiera de « plus beau royaume après celui du Ciel ». Il était d’abord venu pour y finir ses études et obtenir le doctorat en droit à l’université d’Orléans (1598-1599). Deux décennies plus tard, ce sera  un long séjour, quasi ininterrompu, de près de 25 ans (1621-1644). Il débuta cette longue période en qualité de réfugié. Quelques temps avant, en 1669, il avait été condamné en Hollande en tant qu’arminien. Protestants, les arminiens adhéraient à une doctrine forgée par le théologien hollandais Jacques Harmensen, dit Arminius (1560-1609) qui s’opposait à la doctrine de la grâce et de la prédestination énoncée par Jean Calvin. Ils étaient en cela en avance sur leur temps car les protestants réformés d’aujourd’hui ont pris leurs distances avec la théorie de la prédestination. Mais à l’époque, en Hollande, cela conduisait à être considéré comme crypto-catholique, autant dire hérétique. Et pour faire bonne mesure, on fit peser sur Grotius le crime de conspiration contre la République et l’unité des Provinces Unies.

Louis XIII qui appréciait Grotius dépêcha deux émissaires à La Haye pour demander qu’il soit traité avec justice. Rien n’y fit. Il fut condamné le 18 mai 1619 à la détention à perpétuité et conduit à la forteresse de Louvestein sur une île du sud du pays. Il s’en est évadé avec l’aide de son épouse, dans un coffre censé contenir des livres qu’elle apportait et remportait avec l’aide de commis. Or le contenu du coffre n’était pas contrôlé à la sortie. Grotius parvint ainsi à s’évader et à rejoindre la France. Il arriva à Paris le 13 avril 1621 où il fut honoré d’une pension par Louis XIII et les médisances des ambassadeurs de Hollande à son encontre, acharnés à détruire sa réputation à la Cour, n’y purent rien. La Suède en fit son ambassadeur.

Mais la malle peut tout aussi bien servir à kidnapper. Mentionnons, sur le plan historique, le cas de Mehemet Riza Beğ, cet ambassadeur de Perse arrivé à Paris en 1715, à la toute fin de vie de Louis XIV. Son séjour haut en couleurs inspirera à Montesquieu Les Lettres Persanes (1721), tandis que Saint-Simon doutera toujours qu’il ait été réellement un ambassadeur du Shah. On dit de lui qu’il aurait tenté de kidnapper Madame d’Epinay au moyen d’une malle couverte du sceau de valise diplomatique[2].

On pourra voir d’autres illustrations de ce procédé dans le Dictionnaire de la diplomatie, 3e édition, 2019, à la rubrique « Valise diplomatique ».

[1] La VOC : Vereenichte Neederlandtsche Geoctroijeerde Ost Indische Compagnie, créée en 1602 dont il était un employé.

[2] V. Charles Rousseau, Droit international public, Paris, Sirey, 980, Tome IV, p. 185.

Les commentaires sont fermés