Petit problème protocolaire à la TV

Ce mardi 27 juin, lors de la séance d’ouverture de la XVe législature, l’Assemblée nationale a élu son nouveau président en la personne de M. François de Rugy.

Or lors de l’émission C’ dans l’Air de la 5, l’animatrice, fort sympathique et compétente par ailleurs (je suis un fan de Caroline Roux), a posé la question à Roland Cabrol de savoir quelle est, dans l’ordre des préséances républicaines, le rang de préséance du président de l’Assemblée nationale : le 3e ou le 4e interroge-t-elle ? Et Roland Cabrol, lui-même très sympathique et compétent, a commis une erreur – ne pas voir là une once de reproche – en disant qu’il vient au 3e rang après le président de la République, le Premier ministre et le président du Sénat.

The House Without Windows-photo jpp-mai 2017

Nénni point ! Il n’en est rien. Le président de l’Assemblée nationale vient bien au 4e rang. Le président du Sénat a préséance sur lui car il est chargé d’assumer, le cas échéant, l’intérim du président de la République en cas de vacance du poste. Il est donc normal qu’il ait préséance sur le président de l’Assemblée.

En revanche, c’est un rang de préséance inverse qui joue pour les députés (11e rang) et les sénateurs (12e rang) dans les cérémonies officielles. Les députés ont la préséance sur leurs collègues du Palais du Luxembourg parce qu’ils sont élus, eux, au suffrage universel direct, ce qui n’est pas le cas des sénateurs.

Voilà, c’est tout simple. Il faut se référer en la matière à l’article 1er du décret du 13 septembre 1989 qui établit l’ordre des préséances républicaines sous la Ve République. Il a été légèrement remanié à plusieurs reprises mais pas pour les premiers rangs protocolaires, très stables.

Les commentaires sont fermés