Une représentation diplomatique du Texas à Paris

Cela peut surprendre que le Texas, un Etat fédéré des Etats-Unis d’Amérique du Nord, ait eu sa propre ambassade à Paris. Mais c’était en un temps où précisément, après s’être libéré par ses propres moyens de la souveraineté mexicaine en 1836, il était un Etat indépendant.

La conquête de l’indépendance

La déclaration d’indépendance du Texas fut lancée le 2 mars 1836. Elle fut immédiatement suivie par un réaction militaire du Mexique et la défaite des Texans à Fort Alamo (aujourd’hui située en centre-ville de Houston) où quelques dizaines de Texans retranchés avec David Crocket durent faire face aux 4000 Mexicains du général Santa Anna. Il ne fallut toutefois que quelques semaines pour que l’armée de la jeune république, conduite par Sam Houston, retourne le destin. Le 6 avril 1836, elle remportait la bataille définitive de San Jacinto. Le Texas était désormais réellement indépendant.

Vue de la Place Vendôme. Crédit : Gallica-BNF

Une légation du Texas à Paris

Il était donc en droit, jusqu’à ce qu’il intègre la fédération des Etats-Unis en 1845, de disposer en qualité d’Etat souverain, de sa propre représentation diplomatique à Paris. En réalité, il s’agissait d’une légation, poste diplomatique de deuxième classe, à la tête duquel se trouvait un ministre plénipotentiaire dont les fonctions étaient identiques à celle d’un ambassadeur. C’était l’époque où la France avait elle-même une légation à Washington, les Etats-Unis ayant le même type de poste à Paris. L’élévation réciproque des relations diplomatiques au niveau d’ambassades, postes diplomatiques de première classe, n’interviendra qu’en 1893. Ce type de représentation n’est plus pratiqué dans les échanges diplomatiques contemporains.

Pendant cette décennie de souveraineté internationale du Texas, la légation était installée place Vendôme.

 

Les commentaires sont fermés