La semaine des ambassadeurs 2017-1

Le blog est de retour après quelques semaines de Robinson maritime volontaire. Ravi de vous retrouver.

C’est désormais un temps fort de la vie du Quai d’Orsay : avec la fin du moins d’août, s’est ouvert lundi 28 une nouvelle « Semaine des ambassadeurs ». Elle réunit chaque année tous les ambassadeurs français (environ 170) ainsi que les directeurs du ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Mais elle s’ouvre de plus en plus largement aussi, aux entreprises à la presse, et cette année pour la première fois, au public. Nous ouvrons ici un premier volet de présentation général avant de revenir de façon plus détaillée sur le discours du président de la République.

Cette année, elle était d’autant plus attendue qu’un nouveau président de la République s’est installé en mai à l’Elysée et que le discours qu’il fait lors de cette grande conférence institutionnelle est pour lui l’occasion de développer les grandes orientations qu’il entend donner à sa politique étrangère et européenne durant le quinquennat. C’est en quelque sorte une déclaration de politique étrangère générale urbi et orbi.

Le Quai d’Orsay-photo jpp

Une priorité martelée: la sécurité des français

Ainsi, mardi 29 août, le président Macron a clairement axé notre diplomatie sur la sécurité des Français « raison d’être de notre diplomatie », ce qui signifie la « lutte contre le terrorisme islamiste » en priorité des priorités. Daesh est identifié comme « notre ennemi » et « le retour de la paix et de la stabilisation en Syrie et en Irak (…) une priorité vitale pour la France » sans oublier le Sahel et l’Afrique subsaharienne, car « c’est en Afrique que se joue l’avenir du monde ».

L’axe stratégique de la France est du même coup clairement dessiné : l’Afrique et le Levant, où s’entrecroisent la lutte contre le terrorisme et le combat pour la réduction des flux migratoires transméditerranéens. Une vision en « 3D » : Défense, Développement, Diplomatie. C’est en effet sur ces trois champs d’action que doivent se conjuguer nos efforts si nous voulons agir en profondeur sur les causes des crises que nous affrontons.

Des constances dans l’universel

Mais comme la diplomatie de la France se veut globale, appuyée sur le troisième réseau de postes diplomatiques et consulaires après ceux des Etats-Unis et de la Chine, les orientations essentielles de notre diplomatie dépassent évidemment largement ces deux préoccupations. On retrouve alors les grands axes de continuité dont le ministre a tracé les contours lors de la journée d’ouverture au public, le 29 août, au lendemain de son discours aux ambassadeurs : « la sécurité avec solution des crises internationales qui affectent notre pays ; une diplomatie économique offensive ; la construction d’une Europe qui protège ; une action résolue pour relever les défis globaux de notre temps, notamment la lutte contre le changement climatique ; une offre de culture et de coopération adaptée aux défis d’aujourd’hui et qui contribue pleinement au rayonnement de la France. »

Une semaine d’échange et d’ouverture

Entre les deux discours d’ouverture, du ministre (le 28) puis du président de la République (le 29) et le discours de clôture du Premier ministre (le 31), la semaine à été ponctuée par des journées à thème : rencontres entre des entrepreneurs et des ambassadeurs (3e édition), journée « rupture et renouvellement », journée « réformes et modernisation », journée « je rencontre un ambassadeur ». Cette dernière, souhaitée par le ministre Jean-Yves Le Drian qui l’a d’ailleurs ouverte en personne a innové en ouvrant au public et à la presse – avec un grand nombre d’étudiants présents – cette semaine particulière qui devient ainsi si l’on peut dire, dans le bon sens du terme, le salon annuel de la diplomatie française, sauf qu’il ne se tient pas Porte de Versailles mais dans les locaux plus feutrés de la rue de la Convention. Cette journée – l’après-midi du 29 août – était organisée autour de trois tables rondes successives sur les thèmes, avec ensuite la présentation personnelle de leur action quotidienne par douze ambassadeurs : Le multilatéralisme peut-il encore préserver la paix ? Avec le Brexit, quel avenir pour l’Union Européenne ? La cyberguerre aura-t-elle lieu ?

 

 

Les commentaires sont fermés