Télégrammes de l’ambassadeur du Royaume-Uni à Washington : à qui profite le crime ?

Dans des télégrammes adressés au Foreign Office et publiés par le tabloïd Mail on Sunday le 7 juillet, l’ambassadeur du Royaume-Uni à Washington, Kim Darroch, qualifie notamment le président Trump d’incompétent. Quant à son administration, l’ambassadeur estime : « Nous ne pensons pas vraiment que cette administration va devenir plus normale, moins dysfonctionnelle, moins imprévisible, moins divisée, moins maladroite, moins inepte diplomatiquement. »

Cette affaire démontre en premier lieu un inquiétant état de relâchement des mœurs et pratiques professionnelles au sein d’une des institutions diplomatiques les plus expérimentées et rigoureuses. Transmettre à un organe de presse les notes confidentielles adressées par un ambassadeur à sa chancellerie est pour le moins scandaleux. D’autant que ledit ambassadeur ne fait là que son métier : on lui demande non seulement de se livrer à des analyses de fond sur la situation générale, la politique, la société du pays d’affectation, mais aussi de donner des informations de même que ses sentiments sur les personnalités les plus influentes du pays, à commencer par le chef de l’Etat et son entourage. Les ambassadeurs des Etats-Unis à Londres, à Paris, à Berlin, à Rome ou ailleurs ne s’en privent pas. Et ils n’en sont pas moins dans leur rôle.

Londres

C’est pourquoi il y a beaucoup d’hypocrisie dans la posture effarouchée adoptée par le président Donald Trump à la découverte du contenu partiel de ces télégrammes. Il aurait été plus « classe » de ne pas y répondre, mais ce mot a-t-il actuellement une signification sur les bords du Potomac ?

Ensuite, la publication de passages des notes de l’ambassadeur Darroch est tout sauf anodine au plan de la politique intérieure du Royaume-Uni. Et le contexte d’un Brexit qui traîne en longueur, qui use littéralement la haute fonction publique britannique, n’y est certainement pas étranger. Alors « à qui profite cette forfaiture ? ». La réponse de nombreux observateurs est, comme dirait un célèbre inspecteur de police de série télévisée « Bon sang, mais c’est bien sûr… » aux brexiters !

Les conséquences immédiates de cette fuite fort malveillante sont pour l’heure : des insultes de Donald Trump envers l’ambassadeur, des tweets agressifs envers la Première ministre démissionnaire Theresa May et souhaitant l’arrivée rapide au pouvoir de « l’ami » Boris Johnson ( !), la démission de l’ambassadeur Kim Darroch (65 ans) et la nomination probable par ce dernier, désormais très près d’entrer à Downing Street, d’un ambassadeur pro-Trump. Enfin, l’ouverture d’une enquête officielle, par les autorités britanniques, pour tenter d’identifier l’origine des fuites dans un contexte qui n’est pas favorable à l’émergence de la lumière sur ce point.

 

Les commentaires sont fermés